Un Lycée en 1960 ?

Contacter le secrétariat

Deux raisons : la massification de l’enseignement secondaire et l’évolution démographique.

Il importe de faire un petit historique pour rappeler les principaux itinéraires possibles pour un élève sortant de CM2 en 1959. Il passe, jusqu’à cette date, soit en fin de CM2, soit après un an de cours supérieur, l’examen d’entrer en 6° qui lui permet d’entrer aussi bien, car c’est le même examen, en 6° de lycée que dans les autres 6° (cours complémentaires) qui seront rebaptisés CEG (collège d’enseignement général).

Evolution : de 20% en 1945 on arrive à 38.5% en 1955 et 46.4% en 1960.
Ou il reste à l’école primaire en classe de cours supérieur ou de fin d’études et prépare le certificat d’études primaires (CEP).
Evolution de 80% en 1945 on atteint 45% en 1962.
Le recul de l’âge de la scolarité obligatoire :

  • 13 ans en 1882 (Jules Ferry avec pour objectif le CEP),
  • 14 ans en 1936 (Jean Zay avec pour but de favoriser l’accès au secondaire),
  • 16 ans en 1959 (Jean Berthoin) avec la création des collèges.
    On peut aussi ajouter la gratuité de l’enseignement secondaire depuis 1945.

Parallèlement, la région parisienne subissait une très forte augmentation de sa population (+130000 habitants entre les recensements de 1946 et 1954), et les besoins nouveaux liés à la croissance. Par exemple entre 1956 et 1961, 51 000 ingénieurs ou scientifiques sont nécessaires, alors que 24 000 diplômés sont prévus.

Page précédente